Ma vie dans un sac

Parce que cette fois, mon sac de Marry Poppins ne sera pas assez grand pour y glisser toute ma Vie, il a fallu faire des choix ! Vous avez été nombreux à me demander : « mais comment vas-tu choisir ce que tu vas mettre dans ton sac à dos pour le voyage ? ». Je me le suis longtemps demandé.

Sac Yoga Voyage

J’adore partir en voyage mais je déteste faire mes valises. Je repousse toujours ça au dernier moment, ce qui m’a souvent coûté des heures de sommeil la veille de mes départs. Faire ses valises est, pour moi, un rituel de renoncement. Je trouve qu’il est affreusement difficile de choisir les vêtements dans lesquels on se sentira bien le temps d’un week-end  sans être dans ce week-end. Il reste alors deux solutions : avoir un sac plus lourd que moi mais qui répondra à tous les « au cas où » ou bien renoncer à avoir la tenue adaptée ; dans laquelle je me sentirai bien en fonction des circonstances. J’ai toujours choisi de renoncer et de prendre le risque de faire du vélo en mini-jupe ou du tennis en tongs. Mais la Vie est bien faite parce que même lorsque mes voyages ont été placés sous le signe de l’improvisation, j’ai toujours trouvé au fond de mon sac ce qu’il me fallait pour me sentir bien dans mes activités sans risquer de me fouler une cheville en courant en tongs!

C’est donc dans cet état d’esprit que j’ai attaqué la préparation de mon sac à dos pour mon année d’itinérance. Il n’y a pas beaucoup de différence entre remplir son sac pour 10 jours ou pour un an, parce que l’Homme a inventé les laveries ! Sur le plan vestimentaire, la stratégie que j’ai déployé pour ne pas embarquer l’intégralité de ma penderie a été : tout va avec tout et si ce n’est pas le cas, tu ressembleras à un clown quelques jours dans l’année. Une fois que tu as accepté cette idée, le choix entre ton tee-shirt zébré et ton pantalon à fleur se fait plus facilement. Côté technologie, c’est un peu différent parce que ne pas donner de nouvelles à mes proches pendant 10 jours, c’est gérable, mais pendant un an, c’est simplement impossible.  Et j’aime tellement partager mes Joies avec mes amies que je n’ai pas pu envisager un voyage sans un minimum de technologie. Il a donc fallu trouver des solutions et préparer mon sac à dos m’a finalement permis de faire un bon dans la modernité : « Quoi !? Mon téléphone est en fait un vrai ordinateur, il fait des meilleures photos que mon super réflex, ses vidéos sont plus jolies qu’avec la caméra de papa et je peux même prendre des notes, stocker mes papiers importants et il peut me rappeler que j’ai rendez-vous chez le coiffeur ! Et ça marche même quand t’as pas de réseau !? Noooooonnnnnn ! » Il ne manquerait plus qu’il fasse épilateur (depuis le temps que je le dis, avis aux fabricants !) Après quelques plongées dans le monde des geeks, mon dos m’a donc dit donc merci de limiter mes appareils électroniques à mon smartphone (dont je comprends maintenant la vraie raison de l’appellation « smart ») et une liseuse, parce que les livres, ça nourrit.  Côté émotionnel, ça se complique. Ma maison sera mon sac à dos. Est-ce qu’on peut retrouver l’apaisement ressenti en poussant la porte de son chez-soi en ouvrant son sac à dos ? J’ai longtemps médité sur cette réflexion. Et puis je suis tombée sur une image qui disait « home is where my mat is » comprendre  « ma maison est là où est mon tapis de Yoga ». Ça m’a fait sourire. Parce qu’après tout, est-ce que notre chez-nous n’est pas plutôt à l’intérieur de nous-même que derrière une jolie porte en bois ?

Home is where my mat is

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *