Le burn out des profs de yoga

Certains disent que le « burn out » est une mode, un phénomène de société. Vu de mon tapis de prof de Yoga, je peux témoigner que de plus en plus de personnes sont sujettes à cet épuisement intellectuel.

Je me souviendrai toujours du témoignage de cette jeune cadre supérieure dynamique qui m’a raconté que, un matin devant sa boite mail, son cerveau avait tout bonnement déconnecté. Elle ne parlait pas de la déconnexion qu’on cherche parfois quand on fait du Yoga, mais bel et bien de « Huston, on a un problème : ça ne répond plus ». Elle m’a confié être restée plusieurs heures, les yeux rivés sur son écran en étant incapable de comprendre ce qu’elle voyait, malgré la relation presque fusionnelle qu’elle pouvait avoir avec sa boite mail.

Pendant ces vacances de Noël, j’ai eu l’occasion de suivre un cours de Yoga avec un professeur américain qui a la sagesse des années d’expérience. Dans ce cours, il a parlé du « burn out » des prof de Yoga. Ses mots étaient très déculpabilisant et expliquaient qu’il est normal d’avoir des phases de grande fatigue quand on est prof de Yoga mais qu’il n’est pas normal de ne pas utiliser les outils que nous possédons pour prévenir le burn out !

Il est très facile quand on est prof de Yoga de ne monter sur son tapis que pour préparer un cours, travailler une posture… Il est très facile de se laisser emporter par la multitude d’activités que demande ce métier et de « zapper » sa pratique de Yoga en se disant que la compta, c’est plus important et qu’on pratiquera en même temps que nos élèves ce soir pendant le cours. Et bien, je crois que c’est une erreur. Et je suis heureuse d’être tombée sur ce prof américain qui a su gentiment me rappeler de monter sur mon tapis de Yoga pour moi et pas toujours pour mes élèves, pour rester une enseignante de qualité et passionnée.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Suivez l'Alchimie des Corps sur les réseaux sociaux